que j’avais emprunté l’avant-veille à  la bibliothèque.

Vous lisez vite, m’a dit le bibliothécaire en pull jacquard.

Pas spécialement, j’ai répondu, c’est juste que quand ça me plaît pas, je me force pas.

Ah, mais qu’est-ce qui vous a pas plu ? m’a-t-il demandé en fixant ma mini pile.

Celui-là, j’ai rien compris (un essai d’épistémologie)(ne me demandez pas pourquoi) et celui-là, pff, il m’a ennuyé, j’ai répondu en montrant un bouquin Didier Van Cauwelaert (je l’ai montré surtout parce que je ne savais pas prononcer le nom de l’auteur).

Il a eu un Goncourt, pourtant.

Bof… Marion Cotillard a bien  eu un Oscar… Je vais vous confier quelque-chose (le petit homme m’était sympathique) : ce livre, je l’avais pris pour assouvir un plaisir coupable. En effet, je n’en suis pas fière mais je suis une grande lectrice de Bernard Werber : les fourmis, les anges, les thanatonautes… j’ai tout lu et tout aimé. Or, évoluant dans un univers impitoyable de gens brillants et n’assumant plus ce péché culturel, j’ai voulu remplacer Bernard, avantageusement croyais-je, par Didier.

Comme je vous comprends, a soufflé l’homme en jacquard (j’ai lu dans ses yeux qu’il était sincère), je suis moi-même un grand admirateur d’Amélie Nothomb : je dévore toutes ses nouveautés. Et, croyez-moi, a-t-il ajouté d’une voix plus basse, quand on travaille dans un lieu de culture, c’est un secret difficile à porter… Des rumeurs courent sur une collègue qui se serait fait renvoyer après avoir clamé haut et fort son amour pour Marc Lévy tandis qu’une autre aurait vu son contrat ne pas être renouvelé car elle dévorait Marek Halter pendant sa pause déjeuner…

Je l’ai regardé d’un œil  compatissant (j’avais moi-même eu des soucis lorsque j’étais en fac de sciences humaines, j’avais affirmé haut et fort lors d’une soirée que je pensais que Mary Higgins Clark méritait son titre de reine du crime et personne ensuite n’avait plus jamais voulu s’asseoir à côté de moi)(je ne blâme pas mes anciens camarades, je les comprends : par principe, je n’adresse pas la parole aux gens qui aiment Anna Gavalda).

Ce fut tout. On s’en était trop dit : on avait du mal à se regarder en face. Je me suis éclipsée puis dirigée vers les rayonnages.

***

Une demi-heure plus tard, quand je suis repassée à la banque de prêt-retour, il était toujours là.

Il a regardé ce que j’avais entre les mains et il m’a sourit : entre deux auteurs talentueux et respectés, j’avais glissé un Serge Brussolo.

Infligé par Simone et WordPress | Design Roy Tanck