se rendre à l’évidence : ma superbe coupe Carey Mulligan s’est peu à peu transformée en un dégradé assez douteux.

Comme j’assume moyennement d’être coiffée comme une animatrice de talk-show, j’ai décidé de ne plus sortir de chez moi.

Le développeur de l’Internet a dit que j’étais bête et que je ferais sans doute mieux de plus me préoccuper de ce que j’ai dans la tête plutôt que de ce que j’ai au-dessus (il me méprise un peu depuis qu’on a regardé un documentaire sur le déclin du communisme et que je lui ai avoué que je croyais que le glasnost, c’était une génoise avec de la crème pâtissière).

Je me suis dit qu’il avait sans doute raison et j’ai accepté d’aller dîner avec des amis le soir même.

Quand je suis arrivée, ils étaient déjà tous installés. Ils discutaient et riaient en buvant du bon vin. Ça m’a fait chaud au coeur et j’ai pensé que ça aurait été dommage de rater ça.

Puis j’ai retiré mon bonnet et quelqu’un a dit hé, salut Sophie Davant.

Infligé par Simone et WordPress | Design Roy Tanck